Programmation Festival Cinéma(s) d’Iran #2

Depliant.inddDepliant.indd

 

 

 

 

 

 

 

Téléchargez le programme du festival Cinéma(s) d’Iran

Panorama des cinémas iraniens

Longs métrages
L’Iran produit aujourd’hui près de 100 longs métrages par an. Si des tendances se dégagent selon les années, on remarque une volonté de plus en plus affichée chez les jeunes cinéastes de se démarquer à travers des œuvres originales proches du cinéma de genre comme le montre Le Poisson et le Chat qui joue avec les codes de l’étrange et de l’inquiétant ou Acre qui apparaît comme un recueil d’histoires se succédant à la manière de La Ronde (1950) de Max Ophüls, sans oublier Sanglot et Kami’s Party, deux films devenus les symboles de la jeunesse iranienne.

Ali Ahmadzadeh, Kami’s Party, 80mn, 2013
Kiarash Asadizadeh, Acre, 94mn, 2013
Reza Dormishian, Sanglot, 84mn, 2012
Mahmoud Ghaffari, Ceci est un rêve, 94mn, 2012
Shahram Mokri, Le Poisson et le Chat, 134mn, 2013
Fardin Saheb Zamani, Il y a des choses que tu ne sais pas, 92mn, 2010

Courts métrages
Depuis plusieurs années, l’Iran témoigne d’une vitalité indéniable dans le domaine du court métrage où se révèlent les grands noms du cinéma de demain. Sur un choix de 100 films récompensés dans divers festivals, nous avons retenu 14 titres. Du très court au moyen métrage, de l’essai filmé à la scène d’anthologie, nous retrouvons avec bonheur les différentes possibilités qu’offre ce format.

Courts métrages #1
Nima Abbaspour, Mots croisés, 14mn, 2010
Kaveh Ghahreman, Monologue, 6mn, 2013
Morteza Jazab, Maman, 15mn, 2013
Mashallah Mohammadi, La Photo, 4mn, 2010
Esmaïl Monsef, Sous le drapeau, 21mn, 2012
Amir Parsamehr & Peyman Naïmi, Libre, 28mn, 2011
Hamed Rajabi, La promenade, 16mn, 2009

Courts métrages #2
Farshid Akhlaghipour, L’insomniaque, 14mn, 2012
Navid Danesh, Duettiste, 24mn, 2013
Mohammad Esmaeili, Newsyphe, 6mn, 2011
Peyman Nahan Ghodrati, Fossile, 18mn, 2012
Ayda Panahandeh, La lampe solaire, 19mn, 2012
Hamed Rajabi, Le vélo, 19mn, 2011

Salar Shahna, The Bakery, 12mn, 2013 en présence du réalisateur, le samedi 7 juin à 20h

Le dimanche 15 juin à 13h, nous recevrons M. Majid Barzegar, directeur de l’Association du court métrage (ISFA) iranien afin de nous parler de la production des films courts en Iran.

Documentaires
Le documentaire reste un secteur important du cinéma contemporain témoignant des transformations de la société et des rapports générationnels mais aussi de la place du cinéma dans la vie quotidienne. De fait, fiction et documentaire ont souvent été associés par les cinéastes iraniens. Cette sélection comprend des films réalisés en Iran et à l’étranger dont beaucoup ont été sélectionnés dans des festivals internationaux comme Fifi hurle de joie (Berlin 2013), L’Escale (Cannes 2013, « La Quinzaine des Réalisateurs »), Mes souliers rouges récompensé à Dubaï en 2013, ou Iranien qui remporta le grand prix du Cinéma du Réel 2014. Parmi ces films, nous avons également sélectionné en partenariat avec le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, un certain nombre de films en relation avec l’exposition « Unedited History, Iran 1960-2014 ».

Morteza Avini, Haghighat, épisodes 1 et 11, 45mn chacun
en présence de l’universitaire et spécialiste du cinéma iranien Agnès Devictor le lundi 9 juin à 15h

Mehdi Bagheri, Le célibataire endurci, 58mn, 2011
Kaveh Bakhtiari, L’Escale, 105mn, 2013
Mitra Farahani, Behdjat Sadr, le temps suspendu, 48mn, 2006
Mitra Farahani, Fifi hurle de joie, 98mn, 2013
Forough Farrokhzad, La Maison est noire, 22mn, 1962
Bahman Kiarostami, Re-enactment, 52 mn, 2006
Bahman Kiarostami, Statues of Tehran, 60 mn, 2008
Arash Lahouti, Le camionneur et le renard, 78mn, 2013
Sara Rastegar, Mes souliers rouges, 86mn, 2013 (en présence de la réalisatrice, le vendredi 6 juin à 14h)
Mina Saïdi Sharouz, Nayère. Les chants de liberté, 54mn, 2006 (en présence de la réalisatrice, le mardi 10 juin à 14h)
Mina Saïdi Sharouz, Sirous n’est pas à vendre !, 51mn, 2014
Khosrow Sinaï, The Lost Requiem, 95mn, 1970-1983
Zeinab Tadris Tabrizy, Paliz Khoshdel, Les princes des rues, 38 mn, 2011
Mehran Tamadon, Iranien, 105mn, 2014 (en présence du réalisateur, le mercredi 11 juin à 20h)
Alain Ughetto, Jasmine, 70mn, 2013 (en présence du réalisateur, le dimanche 8 juin à 20h)

Le salon des refusés

Pendant les huit années de la présidence de Mahmoud Ahmadinejad (2005-2013), de nombreux films furent interdits de sortie en salle. Ces projets avaient pourtant obtenu une autorisation de tournage mais en fonction du film terminé et après la répression du « Mouvement vert » de 2009, ils furent écartés des écrans. Nous proposons une sélection de ces films et vous offrons la possibilité de découvrir le cinéma iranien sous un jour nouveau. De la comédie en noir et blanc rappelant le cinéma indépendant américain (Ashkhan, la bague magique et d’autres histoires) au polar métaphysique (La coquille) en passant par le désarroi de la jeunesse (Pluie saisonnière) et plus particulière des jeunes filles (Trois et demi) tentées par la fugue. Ces films sont autant de regards sur une société tourmentée par ses contradictions.

Mostafa Aleahmad, La coquille, 75mn, 2009
Shahram Alidi, Les Murmures du Vent, 77mn, 2009.
Majid Barzegar, Pluie saisonnière, 90mn, 2010
Bayram Fazli, Aurais-tu une autre pomme ?, 90mn, 2007
Shahram Mokri, Ashkan, la bague magique et quelques autres histoires, 92mn, 2009
Naghi Nemati, Trois et demi, 80mn, 2011
Vahid Vakilifar, Gesher, 84mn, 2010

Séances spéciales

Les archives du Palais du Golestan
Lors d’une séance unique, nous vous proposerons de découvrir les premiers films du cinéma iranien à travers les archives du Palais du Golestan. Ces films, véritables « incunables », montrent l’usage fait du cinéma par la dynastie Qadjar. C’est en effet sous le règne de Mozafareddin Shah que l’Iran se dota d’une caméra acquise par le souverain lors d’un voyage en France en 1900. De retour en Iran et pendant une vingtaine d’année, le cinéma sera mis au service des monarques pour relater la vie de palais. Ces images ont été restaurées avec l’aide des Archives françaises.

Les archives du Palais du Golestan
en présence de l’historien M. Shahriar Adl, dimanche 15 juin à 16h

Commémoration de la citadelle de Bam
Il y a un peu plus de dix ans, le 26 décembre 2003, la ville de Bam au sud-est de l’Iran, était victime d’un terrible tremblement de terre qui avait ému l’opinion internationale. C’est dans la forteresse de cette ville qu’avait été tourné Le Désert des Tartares (1976) de Valerio Zurlini, d’après le célèbre roman de Dino Buzzati, dernier film de ce cinéaste italien avec une distribution internationale. La beauté des paysages et de la citadelle jouent un rôle de premier plan dans cette fresque intime. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de projeter à nouveau ce film en présence du comédien et producteur Jacques Perrin.

Valerio Zurlini, Le Désert des Tartares, 80mn, 1976 (en présence du comédien et producteur Jacques Perrin dimanche 15 juin à 20h (sous réserve))

Les 50 ans du Kanoun
Le Kanoun (Centre de Développement pour les Enfants et les Jeunes Adultes), célèbre cette année ses 50 ans. En effet, c’est en 1964 que l’institut voit le jour. En 1969, 5 ans après sa création, Abbas Kiarostami et Ebrahim Forouzesh imaginent un département cinématographique complétant les activités d’édition du centre. Pour rendre hommage à ce double anniversaire, nous avons décidé de programmer deux films d’Ebrahim Forouzesh : La Clé (1986) réalisé sur un scénario d’Abbas Kiarostami
et La Jarre (1992) qui remporta le Léopard d’or à Locarno en 1995. L’animation iranienne fait preuve depuis plusieurs années maintenant de poésie et d’invention comme en témoignent ces quelques films réalisés dans le cadre de l’hommage que nous rendons au studio Kanoun. Utilisant des techniques très variées (pâte à modeler, marionnettes, papiers découpés, 3D…), ces pépites apportent la preuve qu’il ne faut pas cantonner le cinéma iranien qu’à ses fictions ou ses documentaires.

Ebrahim Forouzesh, La Jarre, 86mn, 1992 lundi 9 juin à 13h
Ebrahim Forouzesh, La Clé, 74mn, 1986 dimanche 15 juin à 11h dans le cadre du Ciné-Kid Odéon
Ali-Reza Chitaei, L’honorable et fertile vie du crayon rouge, 6mn, 2012
Sadegh Javadi, Le colombophile chauve, 8mn, 2012
Mehdi Khoramian, L’Alchimiste, 10mn, 2011
Maryam Khalilzadeh, Le Pigeon blanc et le miroir, 6mn, 2013
Shiva Sadegh Assadi, Le Chaton, 11mn, 2013
Moeen Samadi, Le secret de l’arbre, 4mn, 2013
Nazanin Sobhan Sarbandi, Zéro, 10mn, 2011
Nazanin Sobhan Sarbandi, La lune aimable, 7mn, 2012
Hadi Yaghinlou, Pourquoi ce téléphone ne sonne-t-il pas ?, 8mn, 2013

Informations pratiques

Cinéma Nouvel Odéon
6, rue de l’École de Médecine 75006 PARIS
Métro : Odéon ou Cluny La Sorbonne.
Station Vélib : 5 rue Sarrazin – 11 rue Danton – 5 rue de la Sorbonne

Tarifs
Plein tarif : 6 euros – Tarif réduit : 5 euros
Cartes UGC Illimité et Le Pass acceptées pour certains films seulement
Réservation et Billetterie au Cinéma Nouvel Odéon

Partenariat Musée d’Art moderne de la Ville de Paris
Un billet acheté au festival Cinéma(s) d’Iran vous permet de profiter d’un tarif réduit au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris pour l’exposition «Unedited History » jusqu’au 24 août 2014.
Un billet acheté à l’exposition «Unedited History » vous permet de profiter d’un tarif réduit sur une séance du festival Cinéma(s) d’Iran.

Contact
contact@cinemasdiran.fr